Partager cet article

Le Brexit est un mot souvent utilisé dans les médias. Il s’agit de l’appellation du mot « British Exit », se traduisant par l’hypothèse d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Ce terme fait référence au « Grexit » évoqué pour la première fois en 2012. Ainsi, après le « Greece Exit », place aujourd’hui au « British Exit ». Départ volontaire de l’Union et référendum sur l’appartenance de l’Angleterre à l’Union européenne, le Brexit est un terme fortement utilisé de nos jours.

Les origines du Brexit

Par définition, le terme Brexit se traduit par le possible ou hypothétique départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le 23 janvier 2013, le Premier ministre David Cameron annonce l’organisation d’un référendum sur l’appartenance de l’Angleterre à l’UE.

Un peu plus de trois années plus tard, le référendum a lieu. Quelques heures plus tard, la démission du Premier ministre est annoncée. Pour le Royaume-Uni, la participation au référendum est un record pour le pays ; la participation a été supérieure à 72%. Ainsi, c’est le camp du « Leave » qui l’emporta avec 51,9% des voix.

Les quatre grandes exigences du gouvernement britannique

Le gouvernement britannique présentait quatre grandes exigences afin de trouver un accord dans le cas d’un résultat de référendum favorable au maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne.

  1. L’immigration et libre circulation des Européens : pour limiter certaines aides sociales pour les nouveaux immigrants
  2. La monnaie : pour que l’euro ne soit plus la monnaie unique de l’Union européenne
  3. Le marché unique : pour perfectionner la libre circulation des capitaux et pour rendre la règlementation européenne moins lourde sur les entreprises
  4. La souveraineté : pour un renforcement des pouvoirs de contrôle des parlements nationaux

La démission de David Cameron

David Cameron prévoit alors sa démission pour le mois d’octobre 2016, le temps de mettre en place de nouveaux accords avec l’Union européenne. Normalement, il sera remplacé par un autre membre du Parti conservateur. Vous l’aurez compris, l’Angleterre a bien l’intention de céder sa place dans l’UE.

Ce qui revient à l’article 50 du traité sur l’Union européenne prévoyant l’hypothèse d’une sortie d’un État membre de l’Union européenne. Suite à cette démarche, l’Union entre en négociation avec cet État ; des accords de modalités sont fixés avant d’être approuvés au Parlement européen.


Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *