Skip to main content

Mieux comprendre la réforme du collège

La rentrée scolaire 2016-2017 est axée sur la réforme du collège et du brevet. En effet, annoncée en mars 2015, la réforme du collège est entrée en vigueur à la rentrée 2016. Une réforme mise en place par la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem. Elle a pour but de lutter contre l’ennui supposé des collégiens et introduit ainsi l’interdisciplinarité. Que faut-il attendre de cette réforme ?

Une nouvelle organisation structurelle du collège

Proposée par la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, la réforme du collège a pour objectif d’offrir plus d’autonomie aux étudiants et aux professeurs. On parle de nouveaux cycles, de programmes plus simples, plus lisibles en cohérence avec le nouveau socle, un renouvellement des pratiques pédagogiques et des instances pédagogiques redéfinies.

Pour la ministre, cette réforme fera du collège un lieu d’épanouissement et de construction de la citoyenneté. Autrement dit, elle permettra aux collèges de mieux mener leurs missions de transmission et d’intégrations des valeurs de la République.

Redynamiser le collège avec l’interdisciplinarité

Au programme, accompagnements personnalisés des élèves, enseignements communs et enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI). Il s’agit là de l’enseignement de plusieurs disciplines au sein d’un même cours. Cette réforme a été instaurée pour redynamiser le collège.

Dès la 5e, les professeurs de différentes matières travailleront ensemble dans huit domaines : le développement durable, les sciences, la société, le corps, la santé, la sécurité, les langues et les cultures de l’Antiquité. Chaque collège pourra consacrer 20% de son temps à ces EPI selon les besoins des élèves.

Les enseignements pratiques interdisciplinaires

Les enseignements pratiques interdisciplinaires sont de nouvelles façons d’apprendre et de travailler les contenus des programmes. Les huit thématiques de travail sont définies dans les programmes et sont prises en charge par les professeurs de toutes les matières de façon interdisciplinaire.

Ce sont les enseignants qui définissent en équipe les contenus des cours. C’est à travers l’esprit d’équipe que les EPI fonctionneront. Il est bon à savoir que les EPI sont obligatoires pour tous les élèves de 5e, 4e et 3e. Après quoi, ils devront monter un projet incluant une réalisation concrète, individuelle ou collective.

Les langues vivantes et les langues anciennes

Cette réforme apporte d’autres changements : les sections européennes du collège et une partie des classes bilangues disparaissent. Jusqu’ici, ces classes concernaient 16% des élèves. Ceux-ci étudiaient deux langues vivantes dès la classe de 6e.

L’apprentissage de la deuxième langue (LV2) commençait en 4e. Cette fois-ci, il démarre en 5e, soit un an plus tôt. Ce changement concerne tous les élèves. En revanche, les bilangues de continuités se poursuivent ; l’enseignement d’une langue autre que l’anglais, comme l’allemand, se fait en 6e.

Quant aux langues anciennes, elles devaient à la base disparaître. Mais cette décision a suscité une fronde des enseignants de lettres classiques. Par conséquent, le ministère a intégré l’initiation aux langues de l’Antiquité, comme le latin et le grec, dans les EPI.

Qu’en est-il du brevet des collèges ?

Le brevet des collèges est rénové. Il se compose d’une part de contrôle continu sur l’acquisition du socle commun, d’une épreuve orale, c’est-à-dire la présentation d’un travail fait dans le cadre des EPI ou des parcours éducatifs, et de deux épreuves écrites.

Une première épreuve écrite qui concerne les mathématiques, la physique-chimie et les sciences et vie de la terre et la technologie. La deuxième épreuve porte sur le français, l’histoire-géographie et l’enseignement moral et civique. Enfin, il faut souligner qu’une cérémonie républicaine de remise du diplôme a été créée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *