Partager cet article

À mi-chemin entre l’hélicoptère et le drone, le taxi volant est en passe de devenir une réalité. Déjà présent à Dubaï et en test à Singapour, cet engin permet de survoler les bouchons et de profiter d’une vue magnifique sur les toits des buildings. On parle d’un temps de trajet divisé par cinq et de taxis propres et silencieux. S’agit-il d’une nouvelle révolution dans la façon de se déplacer dans l’espace urbain ? Soyez prêts à décoller, les drones et taxis volants arrivent !

Qu’est-ce qu’un taxi volant ?

Un taxi volant est un taxi autonome qui effectue des trajets plus rapidement. Au lieu de sillonner les routes, cet engin survole les bâtiments et les immeubles. Une vraie solution aux bouchons dans les villes saturées qui permet d’éviter le trafic et l’encombrement au sol. Sans chauffeur, électrique et silencieux, le taxi volant est entièrement autonome et gagne du terrain progressivement dans les quatre coins de la planète.

Les taxis volants déjà présents à Dubaï

À Dubaï, cette solution a d’ores et déjà été adoptée. Et oui, depuis 2017, des liaisons aériennes sont assurées par les drones de la société chinoise Ehang. Ces drones mesurent 6 mètres de longueur, 4 de largeur et 1,6 de hauteur pour 260 kilos. Un taxi volant peut transporter une personne et une valise pour un poids maximum de 100 kg. D’ici 2030, la ville espère qu’un quart des transports publics consistera de véhicules autonomes.

Voir le site officiel Ehang : http://www.ehang.com/

Singapour va tester le taxi volant

Volocopter compte tester son taxi volant à Singapour cette année-ci. Après Dubaï, c’est la deuxième ville à tester cet engin. Pour rappel, Volocopter est l’un des leaders dans le projet de drones taxis. À Singapour, cet engin sera testé en conditions réelles. Des essais en vol dont le but est de valider et vérifier la capacité de ces véhicules à fonctionner dans l’environnement urbain.

Nexus, le taxi volant d’Ubur et de Bell présenté au CES

Avez-vous entendu parler de Bell Nexus ? Présenté par Bell Helicopter et Uber au CES 2019, cet engin comprendrait un fuselage central, des trains d’atterrissage intégrés, une queue similaire à un V et un stabilisateur. En tout, on compte six moteurs électriques, six rotors et 4 ou 8 hélices. En plus du pilote, cette voiture volante pourra transporter 4 passagers et sera normalement mise en service en 2023. Uber a précisé que le Bell Nexus devrait devenir entièrement autonome dans les années à venir.

Le Japon et le taxi volant Airbus

Au Japon, la vision est plus large, plus ambitieuse. En effet, la Japon a pour objectif de favoriser l’arrivée des taxis volants en réunissant 21 entreprises, dont Airbus, Boeing et Uber. Pour ce pays, il est grand temps d’avancer sur la législation encadrant ce mode de transport. CityAirbus, le prototype entièrement électrique d’Airbus devrait pouvoir embarquer jusqu’à 4 passagers.

Le taxi volant électrique de Rolls-Royce

Rolls-Royce envisage de lancer son projet de taxi volant vers mi-2020. Un engin électrique pouvant transporter 5 personnes à une vitesse de 400 km/h. D’après le motoriste, ce taxi volant électrique pourra utiliser les héliports et les aéroports existants. Selon Rolls-Royce, ces taxis volants pourront également servir au transport civil, militaire et logistique.

En conclusion

Tout laisse à croire que la solution pour décongestionner les villes est le taxi volant. Après Dubaï et Singapour, où seront testés ces engins électriques ? Le temps nous en dira plus. Pour le moment, nous savons déjà que de nombreux projets sont en cours et que les taxis drones pourraient bien être le tout nouveau mode de transport du monde.

Continuez votre visite


Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *