Le saviez-vous ? Plus de 50 000 vies humaines ont été épargnées grâce aux airbags lors des 30 dernières années. Aujourd’hui, toutes les voitures incorporent des airbags pour les conducteurs et les passagers avant. Dans beaucoup de pays, la loi stipule qu’il est obligatoire d’avoir un airbag fonctionnel dans sa voiture pour pouvoir l’utiliser.

Cette invention a apporté un élément important de sécurité sur les routes. Or, même si l’airbag est conventionnellement utilisé dans les voitures, les motards doivent aussi être protégés ! Voici ce que vous devez savoir sur le gilet airbag pour moto.

L’histoire du gilet airbag pour moto

Le gilet airbag pour moto a été inventé en 1995 par la compagnie Mugen Denku au Japon. Ce gilet a été inventé pour protéger les cavaliers, mais a par la suite été adopté par les motards. Les compétitions de moto ont vite compris l’intérêt du gilet airbag pour les pilotes de l’industrie, car les accidents et chutes sont souvent spectaculaires.

Le terme « airbag » vient de l’anglais, et veut dire sac d’air… même si ce n’est jamais de l’air dans le sac. Le fonctionnement d’un gilet airbag pour moto est plutôt simple. Le pilote s’équipe d’un gilet qui, en cas d’accident, gonfle grâce au CO2 relâché par des cartouches intégrées au gilet. Le gilet protégera le pilote au niveau du cou, des épaules, et de la poitrine.

Le gilet airbag, plus protecteur que le blouson

Les blessures les plus fréquentes dans les accidents de moto sont celles des parties inférieures du corps, comme les jambes. Ce qui est d’autant plus malheureux, c’est que les accidents qui causent des dommages au niveau de la poitrine sont souvent mortels, car c’est là que se trouvent les organes vitaux.

Certes, le gilet airbag moto protège le haut du corps, mais il évite surtout les fractures et protège le motard de dommages externes. Quant au simple blouson, il réduit à peine les chocs internes reçus par les organes. En d’autres termes, le gilet airbag est plus efficace pour vous garder en vie en cas de choc violent.

D’ailleurs, contrairement à la voiture, la moto n’a pas de ceinture ou même de zone de froissement importante pour amortir le choc d’un accident. Cela implique que le système d’airbag doit répondre présent immédiatement lors d’un accident.

La réponse et la vitesse de gonflement sont surveillées méticuleusement quand un brevet pour un gilet airbag pour moto est déposé. Les recherches montrent qu’une réponse de 80 millisecondes est requise d’un gilet airbag pour qu’il offre une protection adéquate au motard avant l’impact corporel.

Bon à savoir : la réactivité du gilet airbag pour moto est liée au type et à la génération du gilet airbag.

Les différents types de gilets airbag pour moto

Il existe 3 types de gilets airbag, aussi connus comme les 3 générations de gilets airbag. Elles permettent toutes de protéger le motard. La différence concerne l’activation du gilet airbag. Voici une explication des différentes générations :

La première génération, le système mécanique :

La première génération de gilet airbag utilise un câble qui connecte le gilet à la moto. Au moment de l’impact, le câble se déconnectera du gilet. Cela mènera à la décharge du CO2 des cartouches et l’airbag sera activé. Pour l’activation, la tension du câble doit dépasser 30 kilogrammes. C’est une mesure de sécurité qui évite d’utiliser l’airbag par erreur.

Les gilets airbag de ce type sont abordables, et ne coûtent pas cher à recharger. Mais le temps de détection de l’accident laisse à désirer. L’installation du câble peut aussi être ennuyeuse.

La deuxième génération, la première option sans fil :

En utilisant un gilet airbag de la deuxième génération, le motard n‘est pas connecté à la moto. Des capteurs sont placés sur la moto et communiquent avec le gilet par ondes radio. Les capteurs détectent les chocs et donnent l’ordre d’activer l’airbag au gilet quand l’heure est grave.

Pour ce type de gilet, le temps de réponse de l’airbag est nettement amélioré. Le souci est que la moto utilisée doit être équipée des capteurs nécessaires. Cela veut dire que vous serez protégé seulement lorsque vous pilotez votre propre moto.

La troisième génération, le gilet airbag autonome :

Comme la deuxième génération, la troisième génération de gilet airbag n’utilise pas de fil. Mais contrairement aux gilets de la deuxième génération, celle-ci ne dépend que d’elle-même. Les capteurs, qui sont des gyroscopes ou des accéléromètres, sont intégrés dans le gilet. L’airbag est activé quand l’impact est détecté.

La réaction de ces gilets est aussi surprenante. En effet, ils sont connus pour gonfler en moins de 55 millisecondes. Vous pouvez aussi l’utiliser sur n’importe quelle moto. À noter toutefois que ces gilets airbags coûtent plus cher que les autres. Il vous faudra compter environ 1000 euros pour l’achat. À cela, vous devrez ajouter les coûts des recharges.

En conclusion

Même si les gilets airbags pour moto vous offrent une protection supplémentaire, nous ne vous conseillons pas de jouer les casse-cous pour expérimenter leur efficacité. La meilleure technique de prévention est d’être en alerte constamment et de respecter le Code de la route. Nous ne le dirons jamais assez, la sécurité avant tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *