Une femme sur 10 est touchée par l’endométriose. Cette maladie gynécologique est connue pour être responsable d’intenses douleurs dans le bas ventre. Elle cause également l’infertilité chez certaines femmes. Les personnes atteintes par cette maladie chronique sont, dans la plupart des cas, des femmes n’ayant jamais eu d’enfant et des femmes atteintes d’une malformation congénitale.

Elle est aussi diagnostiquée chez les femmes précoces et les femmes qui ont un cycle relativement court. Mais qu’est-ce que l’endométriose au juste ? Quels sont les symptômes de cette maladie ? Quelles en sont les causes ? Quels sont les traitements disponibles ? L’endométriose, parlons-en !

Qu’est-ce que l’endométriose et qui sont les personnes concernées ?

Maladie gynécologique parfois mal comprise, l’endométriose touche un peu plus de 10%. De la population féminine. Elle est caractérisée par la formation et le développement de tissu semblable à celui de la muqueuse de l’utérus, plus connue comme l’endomètre, en dehors de l’utérus. Ces muqueuses utérines n’altèrent pas le cycle hormonal ; le sang est produit tous les 28 jours, mais n’a aucune issue pour être éliminé.

Or, contrairement aux tissus muqueux se trouvant à l’intérieur de l’utérus, ceux formés en dehors ne peuvent évacuer les saignements vers l’extérieur du corps. Les conséquences en sont importantes. Les organes avoisinants sont irrités par le détachement des cellules et par la production de sang. Dans la plupart des cas, les tissus d’endomètre se développent sur les ovaires, sur les trompes de Fallope, sur les ligaments soutenant l’utérus, et sur la surface extérieure de l’utérus.

Dans des cas les plus rares, les tissus peuvent se former sur les organes avoisinants comme les intestins, la vessie et les reins. Dans les cas les plus graves d’endométriose, les tissus peuvent se former à des endroits très éloignés de l’utérus comme dans les poumons, dans les bras, et dans les cuisses. Quoi qu’il en soit, l’endométriose peut causer la formation des kystes et de tissus cicatriciels. Cette maladie est aussi connue pour engendrer des douleurs pelviennes.

De manière générale, l’endométriose touche les femmes de 25 à 45 ans qui n’ont pas d’enfants ou qui n’ont que peu d’enfants. Bien souvent, ce sont des femmes qui ont eu leurs règles de manière précoce, qui ont des cycles de moins de 27 jours, et qui ont une exposition in utero ou diéthylstilbestrol. Les femmes dans les proches parentes souffrent d’endométriose sont susceptibles également d’en souffrir.

L’impact de l’endométriose sur le quotidien des femmes

Malheureusement, l’endométriose est connue pour avoir un certain impact sur le quotidien des femmes qui en souffrent. C’est une maladie chronique qui peut avoir des répercussions sur la vie de couple, sur la vie familiale, mais aussi sur le budget. Dans bien des cas, les douleurs sont insupportables, et les femmes doivent avoir recours à une aide psychologique pour mieux les appréhender.

Il est aussi important de souligner que certaines femmes, après avoir eu recours aux médecines douces, ont remarqué des changements. Les douleurs étaient moins intenses et elles arriver à mieux vivre avec cette affection. Parmi les médecines douces utilisées, il y a l’acupuncture et l’ostéopathie.

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

De nombreuses questions se posent quant à la cause majeure de l’endométriose. Ce qu’il est important de noter, c’est que la cause principale est toujours inconnue. Toutefois, il est possible de reconnaître cette affectation par les symptômes suivants :

  • Des règles abondantes qui sont très douloureuses à partir du troisième ou du quatrième jour du cycle
  • Des problèmes urinaires pendant les règles
  • Des troubles digestifs pendant les règles
  • Des douleurs pendant les rapports sexuels
  • L’infertilité

Dans la majorité des cas, ce sont les règles abondantes et douloureuses qui permettent de reconnaître cette maladie. Les femmes qui en souffrent se plaignent de douleurs presque constantes pendant les règles.

Les examens à réaliser pour diagnostiquer l’endométriose

Si vous ou l’une de vos proches rencontrez les symptômes listés ci-dessus, vous devez immédiatement consulter votre gynécologue. Le professionnel de la santé vous fera passer une série d’examens pour diagnostiquer la maladie et pour commencer les traitements adaptés :

  • L’échographie pelvienne endovaginales pour détecter la présence de kyste d’endométriose à l’extérieur de l’utérus
  • L’hystérosalpingographie qui consiste à faire une radiographie de l’utérus et les trompes après l’injection d’un produit de contraste
  • Des examens radiologiques pour détecter les lésions dans les voies urinaires, par exemple
  • Des échographies endorectales en cas d’endométriose colorectale
  • Le scanner du diaphragme en cas d’endométriose du diaphragme
  • Les imageries par résonance magnétique pour des examens plus approfondis

Quel est le lien entre l’endométriose et l’infertilité ?

Bien souvent, l’endométriose est détectée entre 25 et 40 ans. Cela, suite à des douleurs intenses dans le bas-ventre et à des problèmes d’infertilité. Chez certaines femmes, l’endométriose et détecter après l’infertilité. Pour cette raison, l’infertilité est connue comme un principal risque a cette affectation.

L’explication est la suivante : les tissues de l’endométriose peuvent réduire la fertilité, car ils bloquent la libération de l’ovule. Cependant, environ 90 % des femmes touchées par l’endométriose légère ou modérée arrive à se débarrasser de leur infertilité au bout de cinq ans. Or, ce qu’il faut aussi noter, c’est que plus le temps passe, plus la fertilité est à risque à cause de l’endométriose.

L’endométriose et les douleurs abdominales

Comme nous l’avons vu, l’endométriose cause généralement des douleurs abdominales. Certaines femmes ont tellement de douleur qu’elle n’arrive plus à bouger. Cela arrive particulièrement pendant les règles et peut durer plusieurs jours.

Or, il est important de bien faire la différence entre l’endométriose et les autres maladies. Ce qui est important de mettre en avant, c’est que les douleurs abdominales ne sont pas exclusives de l’endométriose. Chez les personnes qui souffrent de Porphyrie Hépatique Aigue (PHA), des douleurs abdominales sont également ressenties, et cela est dû à l’accumulation de substances neurotoxiques dans le foie.

Comment traiter l’endométriose ?

Une fois les examens réalisés et les résultats reçus, le gynécologue se chargera de vous prescrire des médicaments et des traitements médicaux. Dépendant de votre cas et de la gravité de votre situation, vous pourriez avoir à prendre des progestatifs de synthèse qui vont bloquer l’ovulation et la menstruation dans le but de mettre les tissus d’endométriose au repos pendant 6 à 18 mois. Cela aide certainement à diminuer les douleurs.

Parmi les différents traitements possibles, il y a les anti gonadotrophine, les analogues de la LH-RH et les inhibiteurs d’aromatase. Pour les formes les plus graves d’endométriose, le médecin pour un conseiller une intervention chirurgicale pour enlever ou détruire les implants d’endométriose. Il est aussi bon à savoir qu’une fois à la ménopause, la femme ne devrait expérience aucune douleur. Si les douleurs persistent après la ménopause, il faudra probablement pratiquer une hystérectomie.

En conclusion

Comme nous l’avons vu, l’endométriose peut avoir un impact important sur la vie des femmes qui en souffrent. Dès que vous ressentez des symptômes similaires à ceux de cette affectation, vous devez consulter votre médecin traitant ou votre gynécologue.

Il faudra dans un premier temps réaliser des tests pour diagnostiquer la maladie, mais aussi pour définir son type, et les traitements les plus adéquats. Enfin, même si les causes exactes de l’endométriose ne sont pas encore connues, ce qui est certain, c’est que cette maladie n’est ni contagieuse ni sexuellement transmissible.

Continuez votre visite

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.