Partager cet article

On ne vous apprend rien, le réchauffement climatique est bel et bien une réalité ! Ce phénomène est grandement causé par l’industrialisation en masse qui relâche des tonnes et des tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Pour aider à réguler le taux d’émission dans l’air, Graviky Labs a développé une solution autant ingénieuse qu’innovante. Cette filiale de MIT Media Lab a baptisé cette nouveauté Kaalink. Découverte de cette technologie verte révolutionnaire !

La pollution atmosphérique, des conséquences désastreuses

Pour Graviky Labs, le réchauffement climatique a fait suffisamment de dégâts et il est grand temps de mettre en place des solutions. Parmi les conséquences de la pollution atmosphérique, on note une baisse considérable de la qualité de l’air, la formation de pluies acides, l’augmentation du dioxyde de carbone, la détérioration de la sante humaine et animale, l’amplification de l’effet de serre… la liste est longue.

Pour toutes ces raisons, la filiale de MIT Media Lab a décidé de concevoir Kaalink, une technologie pouvant capturer les particules de la pollution atmosphérique.

Kaalink, c’est quoi au juste ?

Kaalink, c’est ce filtre à particules qui s’installe dans les systèmes d’échappement ou de cheminée et qui capture plus de 99% des particules polluantes sans troubler les appareils. Ce prototype capture les particules nocives dans l’atmosphère grâce à une technologie modulable et adaptative.

Il est fabriqué à partir de matériaux résistants à la chaleur et à l’eau. De plus, il intègre une fonctionnalité auto-nettoyante et vient récupère les particules polluantes pour les recycler. Ce système est compatible avec les générateurs à énergie fossile et avec les technologies les moins récentes.

AIR-INK, la première encre composée de polluants atmosphériques

Et si l’on vous disait que les polluants atmosphériques récupérés par Kaalink étaient recyclés en encres ? Lors des essaies pilotes de cette technologie, les polluants riches en carbone étaient transformés en outils d’art. Il aura fallu 3 années pour formuler et tester AIR-INK.

Pour rappel, au cours des 150 dernières, l’humanité dépendait essentiellement de la combustion directe ou indirecte des énergies fossiles pour satisfaire ses besoins énergétiques. Et le sous-produit principal de la combustion de ces combustibles est la suie, également la cause des décès prématurés, car elle est présente partout dans l’environnement.

Avec AIR-INK, les polluants qui auraient pu être dans les poumons de millions de personnes sont transformés en art. Un produit dont le processus de création respecte des règles très précises et qui n’est pas du tout nocif. En laboratoire, Kaalink est utilisé pour capturer les particules émises par des sources directes et ambiantes. Chaque produit est soumis à divers processus pour une utilisation sans danger. La phase finale consiste à fabriquer différents types d’encres et de peintures via un procédé chimique.

D’ailleurs, Graviky Labs a collaboré avec des artistes et des imprimeries pour réaliser des impressions négatives au carbone. Enfin, on note que la couleur noire produite par AIR-INK est mate et très nette. Patience, nous devrons bientôt en savoir plus sur la commercialisation de ces encres extraordinaires !

Visitez le site web pour en savoir plus : http://www.graviky.com/kaalink.html

Nos autres publications autour de l’écologie

 


Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *